faire un don
L'OPC est agréée depuis 1997 par le Comité de la Charte du don en confiance, organisme d'agrément et de contrôle des associations et fondations faisant appel aux dons. À ce titre, l’OPC se soumet à son contrôle et s'efforce d'apporter la plus grande rigueur à sa gestion. www.comitecharte.org.

Système de soins oculaires complets

L’OPC aide au fonctionnement et à la mise en place du système de soins oculaires complets afin que les pays dans lesquels elle intervient soient autonomes.

Pour cela, le système de soins oculaires complets repose sur une formation en cascade : l’ophtalmologiste forme les techniciens supérieurs en ophtalmologie (TSO) puis les TSO forment les agents communautaires.

L’OPC apporte ensuite les équipements nécessaires et permet la formation de médecins locaux (recyclage, formation de nouveaux formateurs et formation sur les équipements).

Pour pouvoir accéder aux soins, chaque patient doit apporter une participation, ce qui permet le fonctionnement et la pérennité du système.

Grâce à ce système, la prévention sur les maladies oculaires sera faite auprès des patients qui pourront ainsi être sensibilisés.

Ce système comporte 3 niveaux :



1er niveau (Soins primaires) : Communauté villageoise
À ce niveau, des agents communautaires de santé sont en charge du dépistage afin de permettre le diagnostic précoce du patient, la prévention (prévention contre les maladies qui peuvent contaminer les nouveau-nés, détection des diabétiques en vue de la prévention de la rétinopathie diabétique, préventions contre les maladies liées à la vision) et la sensibilisation (apprentissage de l’hygiène, promotion d’un examen oculaire annuel des patients diabétiques…).
Après un premier diagnostic, les agents communautaires vont pouvoir apporter les soins primaires aux patients atteints de maladie telle que la conjonctivite ou oriente le patient aux soins secondaires pour un diagnostic plus approfondi ou une opération de la cataracte.

2ème niveau (Soins secondaires) : Centre de santé
À ce niveau, les Techniciens Supérieurs en Ophtalmologie (TSO) posent le diagnostic. Ils apportent un diagnostic affiné et peuvent également apporter les premiers soins nécessaires au patient ou pratiquer une opération. En effet, le centre de santé dispose d’un bloc opératoire. La majorité des cas peuvent donc être soignée à ce niveau.
Après avoir établi le diagnostic, le TSO va pouvoir dépister si le patient a des maladies plus graves telles que la cataracte ou le glaucome.
Lorsque les soins ne peuvent pas être apportés à ce niveau, le TSO peut faire appel au centre hospitalier, situé au niveau 3, qui dispose d’ophtalmologistes formés et va par la suite y envoyer le patient pour accéder aux soins nécessaires.
Il est également possible, après avoir étudié un certain nombre de patient atteints d’une même maladie, de faire déplacer l’ophtalmologiste dans le centre de santé afin d’y soigner ces patients.
Ainsi, à travers ces programmes de soins oculaires complets, l’OPC aide à l’installation d’un système de référence et de suivi des patients.

3ème niveau (Soins tertiaires) : Hôpital
À ce niveau, et qu’il soit régional ou de district, l’hôpital dispose d’ophtalmologistes qui vont opérer les patients dont les soins ne pouvaient pas être apportés aux niveaux précédents. Une fois opérés avec succès, l’ophtalmologiste renvoi alors les patients vers les niveaux inférieurs pour le suivi post-opératoire complet.
Grâce à une unité mobile développée auprès des centres de santé et des hôpitaux afin de faciliter l’accès aux soins aux populations dans les meilleurs conditions d’acheminement et d’intervenir rapidement, l’ophtalmologiste peut également se déplacer dans un centre de santé pour pouvoir opérer et soigner les patients atteints d’une même maladie afin d’opérer efficacement un grand nombre de personne et rentabiliser le déplacement.

Unité mobile de chirurgie oculaire
Pour proposer aux populations rurales défavorisées et marginalisées une offre de soins de qualité, l’OPC développe une stratégie mobile.
L’équipe chirurgicale, composée d’un ophtalmologiste, d’un TSO et d’un chauffeur, rejoint les centres de santé isolés (situés en "bout de piste") dans des conditions souvent extrêmes. Le véhicule embarque un bloc opératoire fonctionnel, un microscope opératoire transportable et tous les consommables médicaux.
Grâce à cette unité mobile, le TSO et les ophtalmologistes pourront se déplacer et apporter les soins nécessaires dans la communauté villageoise et dans les centres de santé, dépister et référer ceux qui nécessitent une intervention.

L’OPC s’attache à ce que ce système fonctionne avec les professionnels de santé des pays concernés (ophtalmologistes et TSO locaux) et qu’à chaque niveau d’intervention les soins apportés soient de qualité.
Le système de soins oculaires complets est un système efficace qui permet de responsabiliser et fixer les ressources humaines spécialisées, de rationaliser les coûts, de pérenniser les activités, mais également de fournir un cheminement et des soins de qualité aux patients de la détection au traitement curatif.

A lire aussi :